TOP 5 DES SERIES POUR FILLES LEGERES & SUPERFICIELLES

Publié le par Lilboo From Paris

Vous faite partie des "adulescents" 15-30 ans, vous cochez F quand on vous demande quel est votre sexe, et quand vous étiez plus jeune vous avez adoré Beverly Hills, Dawson, Hartley Coeur à vif, Angela 15 ans, Models, Sex in the city et Newport Beach ?  Vous regardez certaines séries uniquement pour mater les vêtements que portent les protagnistes féminins, ou dans l'attente d'un bisou entre vos deux personnages préférés qui se profile depuis déjà 2 saisons ? Si le suspense est trop intense, vous vous rendez sur le site de la CW ou de ABC pour voir le preview du prochain épisode, et vous avez déjà organisé des soirées de visionnage entre filles ? Enfin, vous aimez les brushings et les talons, vous tournez les pages (plus que vous ne lisez) les numéros de Glamour, et vous avez vu Comment larguer un mec en 10 leçons plus de 15 fois ?  Si oui, alors ce top est fait pour vous. Voici le top 5 des séries pour filles superficielles et décomplexées actuellement diffusées à la télé US.
 

GREEK  (ABC Family)http://img.ozap.com/00765288-photo-l-equipe-de-greek.jpg

Quotient sentimental : 7/10
Quotient humouristique : 8,5/10
Quotient fashion : 3/10 (heureusement qu' Ashley est là)

    Greek, ou la vie secrète des fraternités et sorosités sur les campus américains. Dans cette série, on suit le quotidien de plusieurs étudiants de Cyprus-Rhodes University. Au centre de l'attention, il y a Rusty, un geek qui, à son arrivée à CRU, décide de faire partie de l'une de ces institutions malgré les découragements répétés de sa soeur Casey - elle-même très populaire au sein de sa propre confrérie -. Voilà le résumé écourté du pilote, mais les intrigues évoluent par la suite. Chaque épisode retrace en fait l'une des traditions de ces "houses", qui aux States ont souvent une réelle importance dans la vie professionnelle (c'est là que l'on construit entre autre son premier réseau social, sorte de franc-maconnerie reliant à l'échelon nationale les membres de chaque fraternité/sorosité, avec ses codes, ses poignées de main spécifiques, et ses arbres généalogiques). Parmi les traditions, il y a la rush week (le recrutement des nouvelles recrues, ou l'on chante et on drague les candidats les plus prometteurs), le bizutage des "pledge", le beer pong (jeu d'alcool à base de ping-pong), les jeux olympiques greek, les oeuvres caritatives ou l'on tient un stand, et les multiples soirées déguisées et autres festivités calendaires (Halloween, Mardi-Gras, Saint Valentin, Spring Break on the beach...). Et pour avoir vu dernièrement sur M6 un reportage très sérieux sur ces confréries très secrètes, je peux vous dire que dans la réalité, c'est exactement cela ! Presque un documentaire culturel donc, cette série, pour nous petits français, même si elle est filmée comme une production Walt Disney.
Car Greek, ce sont aussi des scénaristes qui ne se prennent pas du tout au sérieux, et qui m'ont souvent fait beaucoup rire : entre humour premier degré et jeux de mots recherchés parcourus de référence à la culture (très) populaire américaine. L'autre atout sont les intrigues sentimentales, notamment autour du personnage de Cappie. D'ailleurs, c'est déjà la troisième saison pour cette série qui vient de se voir renouvellée pour 2 autres années, et c'est un succès. Il fallait oser diffuser sur une chaîne aussi familiale que ABC family une série où les personnages se bourrent la gueule tous les week-end... Mais le pari a payé.

LIFE UNEXPECTED
(CW)http://www.adobuzz.com/files/uploaded/lifeunex1.jpg
Quotient sentimental : 6,5/10
Quotient humouristique : 7/10

Quotient fashion : 5/10 (Cate s'en tire pas mal du tout)

   Une nouvelle série dont le 6ème épisode vient seulement d'être diffusé aux US, et qui commence plutôt pas mal . Les dialogues sont  frais, ca se regarde facilement, et il y a même quelques traits d'humour cinglant parmi l'humour cocasse. When "Juno meets Gilmore Girls" : un bon résumé du concept de base. C'est-à-dire l'histoire de Lux, jeune adolescente de 15 ans trimballée depuis sa naissance de foyer en foyer d'adoption, et qui un jour, décide de retrouver ses vrais parents afin d'obtenir d'eux une autorisation d'émancipation. Bien sûr, ses parents étaient à l'époque eux-même des adolescents immatures, et ont peu évolué depuis chacun de leur côté : il y a Cate (Shiri Appleby, ex de Roswell) , animatrice radio fiancée à son co-animateur Ryan (Kerr Smith, le Jack de Dawson), et Baze (Kristoffer Polaha) ancien quaterback devenu manager presque raté d'un bar qu'il loue à son propre père. La photographie, le rôle des personnages secondaires, et les rebondissements sont très typiques d'une série de ce genre, mais les dialogues se situent un peu au-dessus, de même que le jeu des acteurs (Shiri joue parfaitement la fille retenant ses larmes sur le bord des cils, Kristofer a un charisme incroyable, et même Kerr Smith arrive à faire vivre son personnage). Ce qui tient en haleine, c'est bien sûr le trio romanesque Cate/Baze/Ryan, mais aussi le traitement parfois assez juste de la difficulté du rôle de parent, ou l'on sent une quête de réalisme de la part des scénaristes.
Pour résumer : to be continued. A reconsidérer à la fin de cette première saison.


UGLY BETTY (ABC)http://www.impawards.com/tv/posters/ugly_betty.jpg
Quotient sentimental : 4/10
Quotient humouristique : 8,5/10

Quotient fashion : 9/10

J'adooorre, avec triple O. Dommage qu'elle ne rencontre plus trop de succès aux Etats-Unis (la série ne sera pas reconduite après cette année) car en ce qui me concerne, c'est une des séries les plus originales qui existe. D'une, parceque les producteurs ont su complètement dépasser le concept et l'univers de la série originale (la télénovela), et d'autre part, parce que visuellement, c'est un bonheur pour les yeux : je ne me lasse pas des bureaux graphiques et ultra-design de Mode Magazine, de l'appartement glacial de Cruella-Whilemina, de l'univers chaleureux de la famille Suarez, ni de l'appart cheesy et coloré de Betty. Je ne me lasse pas non plus des styles vestimentaires très opposés de Hilda Suarez - la pimpante latino aux jeans archi-stretch -, d'Amanda - la fashion victime soumise mais magnifique - , de "Willy" - la reine du black & white à la V. Beckams -,  de Marc St James - le queer aux costumes cintrés de plus en plus colorés -  ou de Betty - qui dans la saison 4, acquière son propre style fashion, oui oui, j'ose l'affirmer !-. Tout est recherché et en accord parfait avec les personnalités de chacun. Quant aux personnages eux-même justement, à fond caricaturés, je les adore, et c'est bien le comique de caractère qui domine dans cette série plus que le comique de situation.
BIen sûr, en 4 saisons, la série a beaucoup évolué, s'est affirmée, a pris en caractère esthétique. En revanche, elle a perdu un peu en terme d'intrigue et d'écriture dramatique, et c'est peut-être la raison de son succès diminué. Cela ne m'empêche pas de regarder chaque semaine et de profiter de cette dernière saison. J'attends avec impatience le retrait de l'appareil dentaire, prévu pour bientôt : un jour mémorable, comme tous ceux qui en ont déjà porté pourront le confirmer...

GOSSIP GIRL (CW)http://mademoiselleaudrey.files.wordpress.com/2009/08/gossip-girl-gossip-girl-1694739-1024-768.jpg
Quotient sentimental : 4-7/10 (varie selon les saisons)
Quotient humouristique : 2/10

Quotient fashion : 10/10

Plus vraiment besoin de présenter cette série, devenue culte alors même que son taux d'audience est un des plus faibles de la télé US. Mais elle reste une référence pour toutes les raisons suivantes : parceque depuis sa diffusion, on signe toutes nos textos d'un XOXO ; parce que Blair a remis au goût du jour les colliers de perle, les vestes Chanel années 30, les noeuds en ruban et les serre-tête à cheveux ; parce que la série est un catalogue de shopping live ; parce qu'il n'y a pas une saison sans quelques épisodes hot, markétés comme tel, entre threeways et sexe coquin dans le vestiaire de l'ambassade de France ; parceque Rufus, malgré un nom très canin, est le père le plus sexy du petit écran ; parce que ca se passe dans l'Upper East Side, et qu'il n'y a rien de plus chic ; parce que cette série met en avant une bloggeuse influente, et que toutes les bloggeuses lui doivent un fier chandelier en argent ; parce que les mots français et tout ce qui est French parait très à la mode soudain ; parce que plus besoin de lire Les Liaisons Dangereuses, on a la version années 2010 à la télé. Bref, Gossip girl, c'est l'équivalent de Spider Man pour les geeks, c'est le successeur de The OC/Newport Beach, et voilà, comme le Kiri, ca se passe de commentaire !
Enfin, pas tout à fait, car je suis là bien sûr. Voilà ce que j'en pense : j'ai aimé entrer dans cet univers lors de la première saison, mémoriser par coeur les mots du générique, et m'extasier devant les tenues de Blair, Serena, et Vanessa (my favourite). Mais depuis le milieu de la deuxième, je dois avouer une certaine désaffection. Trop d'irréalisme tue le glamour. Ca couche dans tous les sens, et surtout, ca n'est pas si drôle que ca.  Or l'humour est l'ingrédient indispensable pour ce genre de série ; il permet de faire digérer les grosses ficelles des scénarios, sinon, c'est comme la fondue des Bronzés font du ski, ca ne passe plus et on s'étouffe.


THE HILLS / GREY'S ANATOMY / TEN THINGS I HATE ABOUT YOU
http://images.starpulse.com/Photos/Previews/The-Hills-tv-show-39.jpg /
VAMPIRE DIARIES / LES FRERES SCOTT / MAKE IT OR BREAK IT /  90210 /  ... ETC
 
Idéalement, j'aurais mis The Hills dans cette catégorie, car elle me semble y entrer parfaitement. Mais malheureusement, je ne regarde pas et cela n'aurait été que du mauvais journalisme. Pour être franche, je n'ai  donc pas de numéro 5 à ajouter à ce top. Les séries citées ci-dessus, je ne les regarde pas ou plus, par manque ou diminution d'intérêt. Alors je fait le choix facile de vous laisser le choix, en vous laissant cependant ces quelques infos :
  
   The Hills --> 6ème saison déjà pour ce reality drama (fausse TV réalité) à succès racontant les débuts de Lauren Conrad à Los Angeles, étudiante dans une prestigieuse Ecole de Mode et stagiaire au sein de Teen Vogue.

   Vampire Diaries --> pour les adeptes inconditionnelles de Twilight : un pitch de départ presque identique,  et une trame dramatique si classique que l'on imagine dès le premier épisode tous les futurs rebondissements...

   Ten things I hate about you --> adapté d'un téléfilm du même nom avec Heath Ledger, très sympa à voir à l'occasion (Heath avec des cheveux long dansant et chantant, ca vaut le coup)

   Les frères Scott --> Bouuh... Allons allons ! Chut. Il faut de tout pour faire un monde. Il faut même être tolérant.

   Make it or break it --> pour les anciens fans de Nadia Comaneci.

   90210 --> Le remake de Beverly Hills, avec un casting féminin beaucoup plus beau, mais des dialogues, des personnages, et des situations caricaturés à l'écoeurement.

   Grey's Anatomy --> Les trois premières saisons valent le coup. Les autres, un peu moins.

   Pretty Little Liars (ajout août 2010) --> Une série qui mélange Desperate housewives  (pour l'intrigue) et Gossip Girl (pour le côté ado), avec un générique proche de celui de Nip Tuck. Une caricature de la série girly, mais les actrices sont jolies et fashionement vêtues, le prof est plutôt mignon, il y a un pseudo-suspense ainsi que des histoires d'amour contrariées... Bref, une recette qui semble jusque là bien fonctionner aux US !

   Glee (ajout août 2010) --> Pour plus d'info sur cette série en forme de comédie musicale, voir ma critique ici.
  

Publié dans TV SERIE ADDICT

Commenter cet article